La mémoire transgénérationnelle

CONVERSATIONS

La maîtresse m’a dit :

« C’est bien, mais tu dois t’appliquer à bien « faire les liaisons »

Le professeur m’a dit : 

« Il y a encore beaucoup trop de fautes ! »

Papa a renchéri :

« Chacun son travail, le tien consiste à « apprendre », pour l’instant, alors applique-toi ! »

Maman a souri, elle est émue par ma belle écriture…

La mémoire transgénérationnelle

Le petit livre qui vous aidera à trouver la dernière clef de l’énigme…

La mémoire transgénérationnelle

Découvrez tous les livres Plume Libre

Suivez-nous sur Facebook

Un petit clic pour un grand déclic

A tous nos amis lecteurs qui ont déjà « cliqué »,

A tous ceux qui s’apprêtent à le faire :

Le « clic » est un bruit, un son d’une durée très brève…assez longue cependant pour que l’on en reconnaisse l’onomatopée.

Le mot aussi, est un son, composé d’une ou plusieurs syllabes. Monocorde ou polyphonique, le mot est un son qui a du sens.

Ainsi le mot « clic » devient-il plus fort en substance, en force, en signification…

Dans le langage informatique, le « clic » consiste en un enfoncement puis relâchement rapide du bouton de la souris d’un ordinateur. Il s’exprime par un son différent tout en étant chargé du même sens…

Mot murmuré ou clamé, geste d’un doigt calme ou énervé, le clic est là, à nous hurler son sens profond.

Son sens, on le connaît tout de même ! Est-il bien intéressant de s’attarder sur le sujet ?

Peut-être, juste pour comprendre qu’au-delà du sens, il y a l’espoir !

L’espoir est toujours là. Il s’agit d’un « déclic », né d’un tout petit mot dont il ferme la boucle, aussi simple que le mouvement de doigt qui le provoque.

« Clic » et « déclic » se connaissent depuis fort longtemps, si bien qu’ils peuvent aussi bien l’un que l’autre alerter et déclencher le mécanisme de réparation !

Et si un clic pouvait changer le monde ? Cliqueriez-vous ?

Un petit clic pour un grand déclic
Et si un clic pouvait changer le monde ?
Reset world, reformater le monde

Découvrez tous les livres Plume Libre

Suivez-nous sur Facebook

Le marché du livre en France

Le marché du Livre en France

Le marché du livre en France

Combien de livres sont publiés chaque année ?

Comment se porte le marché du livre en France ? La filière livre qui inclut les activités d’édition, de diffusion, de distribution, de commerce de détail et de bibliothèque emploie en France plus de 80 000 personnes. En y ajoutant les plus de 100 000 auteurs répertoriés, on peut dire qu’un nombre conséquent de personnes travaillent « dans le livre ».

Une multitude de livres sont publiés chaque année. Nous sommes dans une industrie de la nouveauté où les rares succès commerciaux vont équilibrer les livres à tirages moindre. Plus il y a de livres produits, plus il y a de chance de produire un succès commercial, et par conséquent plus la durée de vie d’un livre se réduit…

En 2018 par exemple, près de 68 000 nouveautés sont sorties. Au total, il y a 783 000 références disponibles en version papier, beaucoup moins en ebook (280 000 environ).

Le lecteur a donc le choix, certainement trop de choix.

Quel est le tirage moyen ?

Ce qui va de pair avec le nombre de livres produits, c’est le tirage moyen qui baisse d’année en année ! (un peu moins de 5000 exemplaires pour 2017). Ce tirage moyen qui s’affaiblit d’année en année cache malgré tout d’énormes disparités. Les ventes se concentrent en effet sur une petite minorité de titres. Le secteur de l’édition réalise par exemple 20% de son chiffre d’affaires sur les 1000 titres les plus vendus.

La part belle est faite à la littérature générale (romans, nouvelle, poésie, théâtre…) qui conserve la première place avec environ 25% des exemplaires produits et vendus. D’autres secteurs tirent leur épingle du jeu, notamment les livres Jeunesse et la bande dessinée dont la part augmente d’année en année. Le secteur de l’édition scolaire occupe lui aussi une part importante du marché de l’édition (14%).

Pour résumer :

Pour résumer, il y a de plus en plus de livres, les succès commerciaux sont très rares étant donné le nombre de titres publiés chaque année. Le lecteur a de plus en plus de choix, en format papier et ebook mais pour les auteurs et pour les petits éditeurs c’est une autre histoire (à suivre sur ce blog).


Retrouvez tous les livres Plume Libre ici

Le détail de nos collections

Le mot

Le mot : le  mot n'est il qu'un son ou bien a -t-il un sens ?

Qu’est-ce-qu’un mot ?

Le mot n’est-il qu’un son, composé d’une ou de plusieurs syllabes ?

Monocorde ou polyphonique, ce son-là a un sens !

Le mot naît un jour pour une raison quelconque, il vit tant qu’il a du sens, puis il s’éclipse quand il n’est plus utile !

A l’origine, il n’est que murmure… son étymologie latine nous le laisse ainsi entendre : du latin. muttum, mot, grognement, muttire, grogner, murmurer.

Sa seule absence vaut silence complet !

Ne pas entendre ou connaître « le moindre mot » signifie grande ignorance !

Le mot est vivant : gare à celui qui le compte ou qui le mange, qui l’utilise à mauvais escient car l’impropre et l’injure guettent le maladroit !

Le mot est vrai, même s’il est à double-sens, équivoque, lapsus…

Le mot peut donc être propre ou impropre, faible ou fort, il est jugé sur sa justesse.

Le mot devient douceur et refuge, inventé ou gardé secret, caresse consolatrice.

Quelquefois il s’agace et grossit de façon outrancière, pourtant il peut très facilement se changer en mot pour rire !

Le mot séduit et le mot nuit. Celui qui en possède beaucoup se sent souvent plus fort.

L’avare et l’avide de mots vivent pourtant, quelquefois, conjointement…

Le mot est doux ou intransigeant, douleur ou récompense.

Il peut être injure et offense, quand en d’autres circonstances il réconforte, soulage et sauve.

Du premier babillé au dernier prononcé les mots affluent sans mesure imposée.

Le mot s’apprend, se dit, se lit, s’écrit et se chante. Il se rêve aussi et se range dans nos cœurs et dans nos mémoires.

Il se partage généreusement dans toutes les scènes d’une existence. On l’apprécie ou on l’écorche sans qu’il s’en offusque la plupart du temps, il peut être dur mais il sait pardonner.

Le fin-mot est-il celui de la fin ?

Peu importe, puisqu’il appartient à chacun de nous de le choisir !

——

Retrouvez tous nos articles également sur notre page Facebook

Vous aussi vous aimez les mots ? Vous écrivez ? Nous accueillons de nouveaux auteurs.

Des mots nouveaux entrent dans le dictionnaire

Des mots nouveaux entrent dans le dictionnaire

Les mots qui entrent dans le dictionnaire en 2020

Des mots nouveaux entrent dans le dictionnaire chaque année. 150 nouveaux mots font leur apparition dans le Petit Larousse 2020 qui propose 63000 mots, la langue est donc bien vivante. En 1871, le dictionnaire comptait uniquement 35000 mots

Quels sont ces mots nouveaux ?

Ils sont liés à l’environnement (bioplastique, dédiésélisation) ou au numérique qui envahit un peu plus nos vies chaque jour (ubérisation, darknet, influenceurs)

On y trouve aussi le terme « adulescent » qui désigne un « phénomène générationnel où de jeunes adultes continuent d’avoir un comportement d’adolescent ».

Certains nouveaux mots issus des régions trouvent aussi leur place comme klouker (issu du breton, signifie « se goinfrer »). D’autres viennent de chez nos voisins francophones comme « dagobert » par exemple (un sandwich en Belgique).

Et bien d’autres encore comme « féminicide », « remontada », etc.

Vous trouverez plus d’infos ici par exemple : https://instantfle.fr/les-nouveaux-mots-du-dictionnaire-2020/

Et pour l’année prochaine ?

D’autres mots nouveaux entreront dans le dictionnaire l’année prochaine.

Par contre il faudra attendre un peu pour voir les mots « confinement, « déconfinement », « reconfinement », quatorzaine. Notons aussi que le mot coronavirus est depuis longtemps dans le dictionnaire !

Des mots nouveaux entrent dans le dictionnaire.

Plume Libre vous accompagne dans l’écriture de votre ouvrage avec toutes sortes de mots, nouveaux et anciens.

Combien de mots utilise-t-on ?

Combien de mots utilise-t-on ?

Combien de mots utilise-t-on ?

Combien de mots utilise-t-on ? Vous êtes-vous déjà posé la question ?

Les dictionnaires de langue française les plus complets contiennent environ 100 000 mots. Le français usuel compte environ 30 000 mots.

Mais combien en utilise-t-on au quotidien ?

Il n’est pas facile de répondre à cette question. Mais si l’on écoute certains professeurs de français, il est possible d’entretenir des conversations avec seulement 300 mots. Si l’on ramène ce chiffre au nombre de mots du dictionnaire, cela signifie que les gens s’expriment avec 0,3% des mots de la langue !

Ce nombre parait un peu faible. Ajoutons-y les mots que l’on connait et que l’on comprend mais que l’on n’utilise pas. On arrive alors à environs 600, répertoriés dans l’encyclopédie incomplète.

Un français moyen adulte (mais qu’est-ce qu’un français moyen ?) connait entre 3000 et 5000 mots.. Mais dans la vie courante, nous n’utilisons que 500 mots.

Pour résumer :

  • Le vocabulaire quotidien et pratique compte 300 à 5000 mots selon l’individu (cela varie en fonction de l’âge, du niveau d’éducation, du milieu social, de l’appétence à la lecture, etc)
  • Le vocabulaire fondamental (ou de base) contient 3000 à 5000 mots pour un adulte, entre 800 et 1600 mots pour un collégien/lycéen.
  • Le vocabulaire de culture générale (ou passif) compte entre 2500 et 6000 mots pour un individu cultivé.

A titre d’exemple, on éalue le vocabulaire de Maupassant à 12 000 mots.

Retrouvez-ici les 1750 mots français les plus courants.

Combien de mots utilise-t-on ?

Plume Libre utlisera des milliers de mots pour vous accompagner dans l’écriture de votre livre, c’est promis.

Quelques verbes anciens à réutiliser ?

Quelques verbes anciens à réutiliser

Quelques verbes anciens à réutiliser ?

On se dit parfois qu’on ne trouve pas le mot qu’on cherche ? Prenons la peine de fouiller dans nos dictionnaires, ils y sont et ne demandent qu’à être utilisés.

Adoniser

Le mot vient du héros mythologique Adonis et signifie embellir, habiller avec style et recherche.

Blézimarder

Si l’on vous dit par hasard « Arrête de blézimarder » cela signifie « Arrête de me couper la parole ». Quelqu’un qui blézimarde empêche le dialogue, coupe la parole, ce terme est issu du monde du théâtre.

Lire la suite