Le mot de VFK pour La curieuse destinée d’Antoine Brisant

Le mot de VFK pour La curieuse destinée d’Antoine Brisant

Le mot de VFK pour La curieuse destinée d’Antoine Brisant

Nos choix déterminent-ils notre destin ?

Dans ce roman historique captivant, VFK aborde ici la question du libre-arbitre et des conséquences de nos choix sur notre existence.

À travers La curieuse destinée d’Antoine Brisant et la traversée d’un orphelin dans les soubresauts du 19ème siècle en France, ce récit surprenant transporte le lecteur vers des lieux et à une époque qui éveillent ou réveillent notre âme de voyageur. Une odyssée haletante où chaque page recèle de péripéties aux frontières entre le réel et l’imaginaire pour laisser place à une exploration poignante de la condition humaine.

Une expérience de lecture marquante, d’un style nouveau et percutant, où se mêlent le charme d’une écriture rafraîchissante avec la force intemporelle de l’Histoire.

Suivez-nous sur Facebook

Qui est VFK ?

Le mot de Sandrine Le Goff pour Maly et l’esprit de la lionne

Le mot de Sandrine Le Goff pour Maly et l’esprit de la lionne

Le mot de Sandrine Le Goff pour : Maly et l’esprit de la lionne

Le mot de Sandrine Le Goff pour : Maly et l’esprit de la lionne

Quinze ans se sont écoulés depuis que Némi, l’intrépide petite chasseuse muette, a accepté le rôle de cheffe de la tribu de Galek. Avec le soutien cde Toar, son compagnon et chaman du clan, elle œuvre quotidiennement au bien-être de tous, entourée de leurs trois enfants, Armenn, Maly et Méhan.

Tandis que des frères commencent à développer des qualités intéressantes pour la tribu, la jeune Maly se sent inutile. Elle aimerait tant que ses parents soient fiers d’elle ! Ils voient en elle une future tailleuse de silex, mais ce qu’elle souhaite, elle, c’est devenir chasseuse, comme sa mère. Elle va alors tenter de s’entrainer en cachette. Mais le destin, et deux rencontres déterminantes, viendront modifier ses jolis plans.

Suivez-nous sur Facebook

Qui est Sandrine Le Goff ?

Le mot de Sandrine Le Goff pour Chaman

Le mot de Sandrine Le Goff pour Chaman

Le mot de Sandrine Le Goff pour : Chaman

Le mot de Sandrine Le Goff pour : Chaman (Némi)

Douze ans se sont écoulés depuis que Némi, intrépide jeune femme muette devenue chasseuse, a endossé le rôle de cheffe de la tribu de Galek. Avec le soutien constant de Toar, son compagnon et chaman du clan, elle œuvre quotidiennement au bien-être de tous, entourée de leurs trois enfants, Armenn, Maly et Méhan.

Mais, alors qu’elle doit lutter successivement contre une sècheresse inattendue, le manque de nourriture et les attaques de dangereux prédateurs, c’est de l’intérieur même de son clan que viendra la trahison qui marquera profondément leurs existences à tous et meurtrira son cœur de mère.

Suivez-nous sur Facebook

Qui est Sandrine Le Goff ?

Le mot de Jean-Paul Froustey pour : Trabuc

Le mot de Jean-Paul Froustey pour : Trabuc

Le mot de Jean Paul Froustey pour : Trabuc

Le mot de Jean-Paul Froustey pour : Trabuc

L’Épopée de Trabuc : De l’Abandon à l’Aventure

À Lesperon, village des Landes aux terres austères, un nouveau-né est décou-vert sur le parvis de l’église du Souquet. Les servantes de la châtelaine, devenue sa bienfaitrice, touchées par sa vulnérabilité, lui donnent le nom de Trabuc.
Mais Trabuc n’est pas un enfant ordinaire. Le curé, intrigué par sa ruse et son intelligence peu commune, décide de lui enseigner la lecture et l’écriture.
Cependant, Pichelèbe, le régisseur, jaloux de cette attention, confie à Trabuc la garde d’un troupeau de moutons. Une rivalité naît entre les deux hommes.
Alors que la Révolution gronde, Trabuc se retrouve au cœur d’une intrigue plus grande : aider les migrants à fuir la guillotine, dans cette lande inhospitalière.
Lorsque le mari de la châtelaine, alors président du parlement de Bordeaux, est exécuté et que ses biens sont saisis, Trabuc se porte au secours de la dame et de sa fille, Marie, qui éveille les premiers émois amoureux dans le cœur du berger. Traducteur pour le maire, déchiffrant des documents cruciaux, il se retrouve en première ligne. Mais l’appel de l’aventure est plus fort : il suit Bonaparte en Égypte, atteint presque le grade de Général, puis, las et déçu, démissionne. Son seul but est désormais de retrouver Marie. Trabuc, jeune Landais loyal, instruit, symbole de détermination, incarne l’esprit et l’espoir d’une jeunesse dans une époque pour le moins tourmentée.
Trabuc, dont la force et l’intelligence n’ont d’égal que son amour pour Marie, nous entraine dans ce récit à la fois émouvant et captivant, sur le chemin de son extraordinaire destinée !

Suivez-nous sur Facebook

Qui est Agel Gane ?

Le mot de Alain Hégoburu pour : L’ivresse de l’alouette

Le mot de Alain Hégoburu pour : L’ivresse de l’alouette

Le mot de Alain Hégoburu pour : L’ivresse de l’alouette

Le mot de Alain Hégoburu pour : L’ivresse de l’alouette

Août 1970, Cap de l’Homy : Secrets, Suspense et Sable Immaculé

Une forme, une silhouette dans une nuit qui ressemble à tant d’autres….
Désormais, rien ne sera plus comme avant !
Son ami l’avait pourtant mis en garde. Méfie-toi de la légende de l’alouette.
La chasse de Victorien posée sur la dune littorale sera-t-elle la première ou la dernière étape du nouveau destin de Jean Margerie ? Deux femmes occupent ses pensées, il devra faire un choix, un coup du sort va l’y contraindre. Rien ne lui sera épargné dans ce parcours semé d’embuches où viendront se mêler traditions, trahisons et inévitables remises en question.

L’enquête se déroule dans un décor singulièrement romanesque ; contrebandiers, pêcheurs à la pinasse, foire aux fusils, personnages hauts en couleur et autres traîtres de la côte. La suspicion s’installe dans l’esprit de chacun. Où est passé le pick-up des Espagnols ? Gendarmes et militaires traquent les hommes de la nébuleuse OCEFORE qui sévit depuis plusieurs mois sur la côte atlantique de Saint Sébastien à Arcachon.
En toile de fond, la plage douce et sauvage du Cap de l’Homy, son océan torturé, envoutant, son sable d’un blanc immaculé. L’un des plus beaux joyaux du littoral atlantique sera le terrain de multiples rebondissements.

Plongez dans l’intrigue, explorez les mystères et laissez-vous envoûter par le Cap de l’Homy, là où chaque grain de sable cache un secret.

Suivez-nous sur Facebook

Qui est Alain Hégoburu ?

Le mot de Agel Gane pour : Tendre hommage, cruels caprices

Le mot de Agel Gane pour : Tendre hommage, cruels caprices

Le mot de Agel Gane pour : Tendre hommage, cruels caprices

Le mot de Agel Gane pour : Tendre hommage, cruels caprices

Que s’est-il passé dans l’intervalle entre 1619 et 1659 à l’intérieur de ce petit com-té situé aux pieds des Pyrénées qu’on nomme La Catalogne ?
Que peut-on reprocher à ce jeune catalan, baron humaniste, dévoué fervent à sa terre natale déchirée entre deux pays, aussi brillant serviteur du Lys, le Roi de France, que valeureux militaire dévoué à l’Aigle de la Monarchie espagnole ?
Pour le prix de son Honneur, comment a-t-il pu sacrifier l’héritage de ses pa-rents, la vie même de son cadet et son amour pour la mère de ses enfants ?

Le lecteur suit ce jeune homme, d’une grande élégance morale, militaire au sens de l’honneur sans faille entre Madrid, Naples et Barcelone, et vit avec lui cet amour interdit, qui l’aide à faire face à une mort annoncée, injuste, à tout juste 40 ans.
En lui se confrontent alors, angoisse et lucidité jusqu’à son dernier souffle. Dans une correspondance avec son cousin à peine plus âgé, il se confie dans un style familier mais le courage juvénile de celui qui a chéri et si dignement assumé ses fonctions, écartelé entre deux pays,

Après ce récit, comment oublier qu’un héros ne meurt pas toujours à cheval ?

Suivez-nous sur Facebook

Qui est Agel Gane ?

Claire et Pierre Côme

Claire et Pierre Côme

Claire et Pierre Côme

Pierre Côme et Claire se sont installés en Mayenne (La Ferme de Peuton[1]).

Lui est ingénieur des Arts et Métiers, elle est diplômée d’HEC, professeur de yoga et naturopathe. Ils sont installés depuis 3 ans sur une parcelle de 6 000 m2 que leur loue le père de Pierre Côme, où ils font du maraîchage.

Bien évidemment, ils commercialisent eux-mêmes leurs productions de 50 paniers par semaine (sans passer par une AMAP).

La moitié est vendue auprès de sympathisants (60 ans en moyenne, privilégiant la qualité des produits, supporters d’initiatives locales) qui viennent chercher leurs paniers à la ferme. L’autre moitié est vendue sur un marché d’un village proche.

De façon générale, Claire perçoit ses clients comme étant des personnes engagées, avec une conscience sociale et écologique, voulant privilégier le local où existe une tradition de solidarité.

Ils réalisent un Chiffre d’affaires de 35 k€, ce qui leur permet de sortir un résultat de 30 k€, sur lequel se grèvent les cotisations de la MSA. Pour des raisons fiscales, ils sont en GAEC.

Ils développent par ailleurs des plantations d’arbres fruitiers pour, disent-ils, gagner en autonomie et peut-être aller, à terme, vers une activité de transformation.

Ils insistent, comme le font, souvent, beaucoup de ces nouveaux paysans, sur la lenteur des apprentissages nécessaires pour l’optimisation des cultures. Il faut beaucoup d’expérimentations, beaucoup d’associations de cultures, avant que de trouver les bonnes recettes de production.

La proximité qu’ils ont avec leurs voisins agriculteurs leur paraît dépendre plus de la taille des exploitations que de la nature bio ou non bio de leurs productions.

Les revenus que leur donne l’activité annexe de chambres d’hôte (5) sont réinvestis en totalité pour la modernisation de leurs locaux.

Deux fois par an, sur leur exploitation, ils accueillent, pendant un mois, des stagiaires préparant leur BPREA, qui souvent préparent une transition professionnelle pour un changement de vie. Ils aiment ce travail de formation qu’ils offrent, car il fait sens.

De la même façon, ils organisent deux à trois stages par an d’immersion-transition regroupant une quinzaine de participants pour chaque stage. Les participants sont en phase de réflexion et/ou de transition dans leur vie : changement de lieu de vie (souvent ville vers campagne), ou changement d’activité professionnelle (mais pas forcément l’envie de s’orienter vers de l’agricole).

Ces stages sont organisés avec deux autres membres d’un collectif qu’ils ont constitué, tous de formation supérieure et ayant eu des expériences professionnelles en tant que cadres, voire cadres supérieurs.

Ils partagent avec eux les mêmes visions, les mêmes valeurs, d’entraide en particulier, qu’ils appliquent en l’occurrence avec leurs stagiaires dans leurs périodes d’étude de projet.

Cette activité donne à Claire et Pierre Côme le sentiment d’être utiles, d’être des militants passifs, des acteurs du changement qui militent, non par prosélytisme, mais par l’exemple. Ils y voient à la fois un moyen d’épanouissement personnel qui les valorise et un moyen de participer aux changements nécessaires, aux transitions, en développant les valeurs qui les motivent.


[1] https://fermedepeuton.com


Suivez-nous sur Facebook

Françoise – Bouillon de culture

Françoise – Bouillon de culture

Françoise – Bouillon de culture

Françoise a la quarantaine et une maîtrise d’allemand.

Après avoir été professeur pendant 2 ans en France et en Allemagne, elle crée une société de garde d’enfants à domicile, avec des prestations visant à accélérer leur éveil dépassant le simple gardiennage.

Au contact d’une clientèle aisée et malgré le succès de son entreprise, elle a le sentiment de s’éloigner progressivement de ses valeurs.

Elle retourne alors à l’école et passe son BPREA pour devenir agricultrice et se rapprocher de la nature.

Elle va chercher à s’installer à la périphérie de Paris, afin d’impacter un maximum de citadins. Les terres qu’on lui propose à Saint-Denis s’avèrent trop polluées pour lancer une activité maraîchère bio.

À l’occasion de stages, elle réalise aussi que l’activité de maraîcher implique d’accepter une certaine solitude. Elle se réoriente alors vers la vente de produits bio et travaille pendant 3,5 ans dans une boutique à Paris de fruits et légumes où elle apprend le métier avant que de s’installer en septembre 2001 dans sa propre boutique dans le 15ème arrondissement de Paris[1].

Là, elle met en pratique les valeurs qui lui sont chères : proximité avec le client, conseils de vente, sélection de ses fournisseurs, choix des produits et explications sur la façon dont ils sont produits, revalorisation du travail des agriculteurs, respect de la Nature. Elle sait parler de leurs caractéristiques, de leurs origines géographiques, de leur saisonnalité et crée très vite, autour d’elle, une communauté partageant ses valeurs et répondant bien à son besoin de transmettre.

Elle enregistre plus de 1 500 passages clients par semaine. Les échanges avec ses clients l’ont même amenée à élargir sa gamme de produits avec la crémerie qu’elle avait ignorée dans son offre originelle. Une étude comparée a montré qu’elle était plus économique que le G20 voisin, pour un même panier, à ceci près qu’elle, est complètement bio. Elle emploie 3 salariés à plein temps qui sont sur la même longueur d’onde qu’elle et réalise déjà un chiffre annuel de plus de 400 k€ qui lui permet d’être bénéficiaire, au-delà de son point mort.

Elle a la conviction, aujourd’hui, que ses messages de militante passent : respect de l’environnement, besoin de revenir à l’essentiel, besoin de simplicité, besoin de communication et besoin de retrouver l’humilité devant les merveilles que donne la nature.

Elle se sent bien alignée avec ses valeurs.


Suivez-nous sur Facebook

Le mot de Bernard Gervais pour : Paysannes, paysans, Sauvez-nous

Le mot de Bernard Gervais pour : Paysannes, paysans, Sauvez-nous

Le mot de Bernard Gervais pour Paysannes, paysans, Sauvez-nous :

Le mot de Bernard Gervais pour Paysannes paysans sauvez nous

Sélène est partie d’un cancer à 21 ans après une année de lutte. Cette maladie fait des victimes de plus en plus nombreuses, et des enfants ! C’est une maladie de civilisation.

Même si ses causes sont multifactorielles, l’alimentation joue un rôle important dans cette épidémie. La qualité de nos aliments s’est beaucoup dégradée au point que l’on trouve même des perturbateurs endocriniens dans les fœtus ! On ne peut plus ignorer le lien entre les produits de l’agriculture industrielle avec ses intrants chimiques et le cancer qui touche aussi les agriculteurs. Ils sont victimes et coupables d’avoir suivi une idéologie du produire à tout prix qui conduit à une impasse dangereuse, au point de menacer le devenir de la Terre des humains.

À contre-courant de ces dérives mortifères, apparaissent des paysans écologistes, des écopaysans. Eux pratiquent une agriculture responsable, souvent bio, commercialisent eux-mêmes leurs produits, les transforment et développent rapidement des écosystèmes où complémentarité rime avec solidarité. Autour de leurs fermes, ils créent des liens qui revivifient les villages, embellissent les paysages et fabriquent de nouvelles communautés. La Fondation Au Nom de Sélène veut promouvoir ces écopaysans qui portent l’espoir de changements profonds pour l’agriculture bien sûr mais peut-être aussi pour le vivre ensemble.

Suivez-nous sur Facebook

Le mot de Théo Dupouy pour : La trajectoire ferroviaire des Landes depuis la formation de la SNCF

Le mot de Théo Dupouy pour : La trajectoire ferroviaire des Landes depuis la formation de la SNCF

Le mot de Théo Dupouy pour : La trajectoire ferroviaire des Landes depuis la formation de la SNCF

La trajectoire ferroviaire des Landes, par Théo Dupouy

Le mot de Théo Dupouy pour La trajectoire ferroviaire des Landes depuis la formation de la SNCF :

Une locution latine permet de décrire parfaitement la trajectoire du réseau de chemin de fer landais à partir de la naissance de l’entreprise SNCF dans les années 1930 : fluctua nec mergitur.

En 1938, près de 981 kilomètres de rails parcourent la Chalosse et la Haute Lande. Au début des années 2010, 700 kilomètres de voies ont disparu en laissant des marques indélébiles dans le paysage. Au travers des pages de ce livre l’auteur propose d’aborder et de hiérarchiser les causes de cette contraction massive du réseau.

Au-delà des simples considérations financières et comptables, les politiques de coordinations, l’évolution d’une entreprise et de la société française sont à prendre en compte pour éclairer la trajectoire ferroviaire du département. Toutefois il n’est pas historiquement valable de se cantonner uniquement à un point de vue pessimistes. Des éléments factuels, et en lien avec une fierté locale sont là pour en témoigner.

Suivez-nous sur Facebook