Equation chinoise dans Culture Top – Ouest France

Equation chinoise de Jean-Luc Buchalet dans Culture tops Ouest France
Une vision historique et actuelle de la Chine de Xi Jinping, par Jean Luc Buchalet

Retrouvez ici l’intégralité de l’article

Points forts de Equation chinoise

Dans ce ciselé sociologique, transparaît  sa connaissance intime de ce pays, sa proximité affective en lien avec Xiuli Shen son épouse, artiste peintre de haute  renommée, et sa belle famille qui vit  à Shanghai : toutes les  strates de cette société imbriquée et complexe, « du simple mingong, aux militaires, en passant par les responsables du PCC, aux chefs d’entreprises, médecins, étudiants, minorités  religieuses et médias ».  Cet éclairage est porté par les rebondissements  de l’intrigue qui, telle les meilleures  séries télévisuelles du genre, tient en éveil  le lecteur à travers son scénario, de pages en pages jusqu’à la  dernière pour un dénouement pour le moins inattendu.

Capter ainsi « l’âme  chinoise » dans  son histoire, à travers les histoires du narratif de ce roman, était un véritable défi. Jean- luc Buchalet a su remarquablement le  relever en permettant à tout un chacun de conjuguer le plaisir irremplaçable que procure l’imaginaire dans la lecture avec un regard original sur le  devenir de la Chine et celui de la planète sur laquelle, plus que jamais « l’empire du milieu » pèse et continuera de peser.  

En deux mots…

La pandémie du Covid 19 marque un point de rupture entre la Chine et l’Occident, tout en soulignant l’unité biologique du monde. C’est aussi une forme de la mutation planétaire accélérée par la digitalisation de l’économie. Pour survivre, une dictature se doit de maintenir sa tyrannie et sa population, comme le suggère l’intrigue et les personnages de ce roman passionnant, de trouver dans ses  racines des raisons d’espérer. 

On ne peut pas comprendre la Chine contemporaine, qui mêle arrogance  et intransigeance, sans cette vision historique dont Xi Jinping est le fils spirituel. Dans ce sens, l’hypothèse d’une Chine non communiste est une absurdité. Une équation à plusieurs inconnues !!!

Jean-Luc Buchalet

Acheter le livre Equation chinoise

Equation chinoise, de Jean Luc Buchalet

Equation chinoise, de Jean-Luc Buchalet

Une très belle critique de Equation chinoise, de Jean-Luc Buchalet :

Avec cette nouvelle parution, Jean-Luc Buchalet lève le voile pour le plus grand plaisir de ses fidèles lecteurs, sur une autre facette de ses talents d’auteur, en publiant son premier roman.

Reconnu par ses pairs comme l’un des meilleurs connaisseurs de la culture asiatique et chinoise, il enrichit ainsi la palette d’expertise de ses publications centrées sur l’économie et la géopolitique, constitutives d’une œuvre déjà remarquablement riche et dense.

Cette fiction qui met en scène, par son imagination pétillante, des personnages sur son terrain favori, rejoint à l’évidence et sous bien des aspects, l’actualité du contexte angoissant des tensions internationales et de l’ordre mondial en reconfiguration

Au fil des pages, l’auteur nous entraine dans les conflits qui ont marqué l’histoire contemporaine en suivant l’épopée vietnamienne d’un militaire des forces spéciales françaises, en mission près des Hmong sur les hauts plateaux de la chaine annamite, en vue d’une reconquête coloniale fraçaises jusqu’à la chute de Diên Biên Phu.

Mais en filigrane, se dessinait déjà l’influence prégnante de la Chine.

Le passé éclaire toujours le présent. « Équation chinoise » accélérait sa marche dans l’histoire :

 …la Chine a façonné la région à son image et poursuit avec ses nouvelles routes de la soie. Xi Jinping, le nouvel empereur vise le leadership mondial…En se substituant aux États-Unis et en défiant l’ordre mondial et l’universalisme de manière répressive… 

Ainsi vont se succéder tout au long de cette saga historico-philosophique, des personnages attachants, inoubliables dans leurs aventures, dont l’auteur dépeint par touches très fines et sensibles les états d’âme, aux côtés d’autres…moins fréquentables cyniques ou pervers.

Dans ce ciselé sociologique, transparait sa connaissance intime de ce pays, sa proximité affective en lien avec Xiuli Shen son épouse, artiste peintre de haute renommé, et sa belle-famille qui vit à Shangaï : Toutes les strates de cette société imbriquée et complexe, « …du simple mingong, aux militaires, en passant par les responsables du PCC, aux chefs d’entreprise, médecins, étudiants, minorité religieuses et médias… » Cet éclairage est porté par les rebondissements de l’intrigue, qui, telle les meilleures séries télévisuelles du genre, tient en éveil le lecteur à travers son scénario, de page en page jusqu’à la dernière, pour un dénouement pour le moins inattendu.

Jean-Luc Buchalet

De l’absolue nécessité de l’Histoire

De l'absolue nécessité de l'histoire

De la nécessité de l’Histoire

De l’absolue nécessité de l’Hsitoire

« HISTOIRE » vient du mot grec « HISTORIA » qui signifie « ENQUÊTE ».

D’après son étymologie, l’Histoire consiste donc en une enquête, une narration, sur les faits passés de l’humanité, d’un lieu, d’une époque, d’une société…etc.

« Historia » est le titre du premier livre de l’histoire européenne écrite au Vème siècle par le Grec Hérodote, que l’on considère comme le père de la science historique.

Les siècles s’enchainent depuis lors, sans que cette science puisse éclore dans toute sa splendeur. Pourquoi ?

Dès le Xième siècle, les poèmes et les chansons de Geste racontent les aventures des chevaliers, l’idéal de la société médiévale, retraçant la fidélité des engagements du vassal à son suzerain, mettant surtout en exergue ses prouesses guerrières au service de la foi. Mais tous ces récits sont revus et corrigés par la légende et le merveilleux.

En France, le terme « Histoire » apparaît seulement au XIVème siècle.

Il faut attendre Bossuet, au XVIIème siècle :

« De ces particularités [sur le monde] elle [l’âme] compose l’histoire de la nature, dont les faits sont toutes les choses qui frappent nos sens. » (Conn. III, 8 de Bossuet).

Dans le « Discours sur l’Histoire universelle », ouvrage écrit en 1681, dédié à son élève le Dauphin de France, fils de Louis XIV, Bossuet explique la suite de la religion et les changements des empires, depuis le commencement du monde jusqu’au règne de Charlemagne.

Mais c’est encore au siècle suivant qu’apparaît celui que l’on nomme le « père de l’Histoire de France » : Jules Michelet (1798 – 1874).

Homme du peuple, Jules Michelet s’investit dans sa mission de l’éclairer, de doter la République naissante d’une Histoire nationale.

Dire haut et fort la vérité factuelle du Monde est-elle la plus périlleuse des missions confiées à l’Humanité ?

Pourtant sans son Histoire l’Homme n’est rien.

Le néant de la Connaissance n’engendre que noirceur.

L’Historien est là, il vient éclairer le cœur et élever l’âme du Monde.

« Viennent ensuite les historiens qui considèrent que leur premier devoir, c’est de détruire les légendes, et de rétablir la vérité. Il est certain que, sans eux, l’histoire des peuples ne serait qu’un vaste poème, où les faits agrandis et dramatisés par l’imagination des foules, grandement embellis ou inventés par les flatteurs des rois, brilleraient, couleur d’or et de sang, dans une lumineuse brume. » (Marcel PAGNOL, Le Secret du Masque de Fer, 1968)

D’où l’absolue nécessité de l’Histoire

Nécessité de l'Histoire

Retrouvez tous nos livres

Suivez Les éditions Plume Libre sur Facebook